Bearing News
Junior Morgan Banker is looking the catalog for choosing her classes for the next year.

How American schools work

Hello! I hope you had good holidays and that you’re ready for that new year that’s just starting. I’m back with an article mostly about school in the United States compared to how it is in France. I also introduced more common topics, just things that I noticed since I’m here.

Bonjour ! J’espère que vous avez passé de bonnes vacances et que vous attaquez bien cette nouvelle année. Je reviens avec un article principalement à propos de l’école aux États-Unis, comparé à l’organisation en France. J’ai également ajouté des sujets plus communs, juste quelques petites choses que j’ai remarquées depuis que je suis ici.                  

Junior Morgan Banker is looking the catalog for choosing her classes for the next year.

In the United States, students can choose their classes. Students decide their classes in January and you discover what you will really study two weeks before your come back to school.

In France we can’t choose our subjects, except for the choice for the third language that we have to learn. Our first languages are French and English — both of which are required. For our third language, in my high school, we have the choice between Spanish, Italian, Russian, German and Latin.

“Aux États-Unis, les étudiants peuvent choisir leurs matières. Les choix se font dès janvier pour l’année scolaire suivante, et ils ont leurs réponses dans l’année. Ils ont ensuite la confirmation finale à peu près deux semaines avant la rentrée scolaire. En France, on ne choisit pas nos matières, sauf pour le choix de notre troisième langue. Nos première langues sont le français et l’anglais. Pour la troisième langue que nous devons prendre, le choix se fait entre espagnol, italien, russe, allemand, et latin dans mon lycée.”

Different classes of mathematics.

In the United States, if you want to graduate, you have to reach a certain level in each area of the course. I’ll take the example of math: students have to take at least three years of maths if they want to graduate. They can’t choose whether or not they want start with geometry, and because they like it, take a higher level the next year in going directly in geometry honors. They have to follow a certain pattern, which is Algebra 1, Geometry and Algebra 2. After that, it is quite opt to them to take either pre-calculus or College Algebra.

This plan starts as soon as they go in middle school. Then they have to think about how they want to organize their future years from early on their school careers. If, for example, they finish their three years of maths during their middle school years, they don’t have to take it in high school. However, it’s not really advised because most colleges require four years of maths (even if sometimes you don’t have to take a math class anymore). Also for students who stop maths for one year or more, it’s usually very hard for them to remember all their old knowledge.

“Aux États-Unis, si vous voulez avoir l’équivalent de ce que nous appelons baccalauréat, vous devez acquérir un certain nombre de connaissance dans chaque domaine d’enseignement. Je vais prendre l’exemple des mathématiques : les étudiants doivent au moins avoir trois années de classe en cette matière derrière eux pour pouvoir être, ce qu’ils appellent, “graduated”. Par contre, ils ne peuvent pas choisir géométrie pour commencer, par exemple, même si c’est ce qui les intéresse le plus, et continuer avec le niveau supérieur l’année suivante. Ils doivent tout de même suivre un certain trajet balisé. Cela commence avec une première année d’algèbre, puis une année de géométrie, et enfin encore une année d’algèbre, cette fois avec un niveau un peu plus poussé. Ce schéma se met en place dès le collège. Il faut donc que les étudiants pensent très tôt à comment organiser leurs années futures. Si par exemple ils ont validé leur trois ans de maths alors qu’ils étaient encore au collège, ils ne sont pas obligés de prendre encore cette matière au lycée. Cependant ce n’est pas très conseillé étant donné que la grande majorité des universités demandent à leurs élèves d’avoir un minimum de quatre ans de mathématiques (même si de temps en temps ceux-ci n’auront pas à prendre de classe de maths), et il arrive bien souvent pour les élèves ayant fait une pause d’un an ou plus avec les maths, qu’ils aient beaucoup de mal à se replonger dans leurs anciennes connaissances.”

Example of a schedule in RBHS.

In France we start school at 8 a.m. and finish at 5 a.m., and during junior and senior year we finish at 6 p.m. Our classes usually last one hour. That means that we have about seven classes a day. In the United States, at least in my high school, classes start at 9 a.m., finish at 4 a.m., and our classes last one hour and 30 minutes. As a result, we have just four classes a day.

At RBHS, the school works with A days and B days. Rather than students going to all their courses in one day, their classes alternate between each A and B day. In France, each day of the week is different. By that fact, we’ll repeat the same week over and over until the end of the school year.

“En France les cours commencent a 8 heures et finissent à 17 heures, excepté pendant la première et la terminale où nous finissons plutôt vers 18 heures. Nous avons donc à peu près sept cours par jour. Aux États-Unis, de ce que je connais par mon expérience, nous commençons à 9 heures et finissons à 16 heures, ce qui nous donne des cours d’une heure et demie et seulement quatre cours par jour.

Au lycée de Rock Bridge, le système est que nous ayons des jours A et des jours B. Nous avons chacun d’eux un jour sur deux. Dans les lycées français, chaque jours de la semaine est différent, l’emploie du temps est donc organisé sur la semaine et non sur deux jours. De ce fait, ce sont les même semaines qui s’enchaîne jusqu’à la fin de l’année scolaire.”

Books of history, algebra, economics, psychology, government.

When I discovered the size of the school books, I was very surprised because for me, they are very big compared to what I know in France. Also, here we don’t have books for each classes like we do in France.

“Quand j’ai découvert la taille des manuels de classe aux États-Unis, j’ai été vraiment surprise par leur épaisseur. En France ils ne sont pas aussi volumineux. Par contre, aux Etats-Unis, nous n’en avons pas pour toutes les matières, ce qui équilibre les choses.”

Sophomores Piper Page and Maddie Murphy, junior Sayde Hindelang, freshman Amanda Kurukulasuriya, and junior Cassidy Viox during a meeting for the club named Giving Girl Opportunities, on Jan. 25.

After or before classes, there is what we call “clubs” in the high schools. They are for everybody, and there are a lot of clubs students can go to. You can have some serious ones that involve mathematics or debate, but there are also some like the Dumbledore’s Army and the Zombies Defence League. It is a good way to meet people who share the same passion as yours and to have fun after school!

“Après ou avant les cours, le lycée propose différentes activités appelées “clubs”. Il y a un peu de tout. Des plus sérieux comme ceux de mathématiques ou de débat, aux plus amusants comme celui de l’armée de Dumbledore ou encore celui de défense contre les zombies. Ces clubs sont un bon moyen de rencontrer des gens avec qui on partage la même passion, et de s’amuser !”

Senior Skyler Froese and junior Yousuf El-Jayyousi during their lunch time, on Jan 23.

In my American school, we have 30 minutes to eat. At the beginning I was surprised at how little time we had to eat. I never had time to finish my whole lunch while I was enjoying time with friends. In France, we usually have one hour, and sometimes it can be an hour and a half or two hours long. It is rarely thirty minutes. The reason for that, I think, is because nobody in France brings his own lunch, it’s not in the customs. The meals are sold by the high school itself, and most people eat there mainly because it is very cheap and they don’t have time to go home (Don’t forget that there we can start to drive alone at 18).

Sometimes we eat somewhere else with friends, or when we have to do something during our lunch time, we quickly buy a sandwich or a salad (which is often more expensive than the meal that we could have in the high school) and go. That’s what I did with one of my friends before going to our swimming practice, but here there is not time for that. So I just learned to adapt myself, and even if now it’s not perfect, it’s much better than before when I always had to finish my lunch in my next class!

“Dans mon école américaine, nous avons trente minutes pour manger à midi. Au début j’étais surprise de ce temps qui me paraissait très court. Je n’avais jamais le temps de finir entièrement mon déjeuner, alors que je voulais également profiter de mes amis. En France, nous avons la plupart du temps une heure pour manger, si ce n’est pas une heure et demie ou même deux heures. Je pense que c’est essentiellement parce qu’en France personne n’apporte de “lunch box”, ce n’est pas dans les mœurs. Les repas sont vendus par le lycée, et la plupart des gens mange là-bas. Principalement parce que c’est moins cher, et aussi parce que beaucoup n’ont pas le temps de rentrer chez eux (et ne pas oublier également qu’on ne peut conduire tout seul qu’à 18 ans en France). De temps en temps, il nous arrive en France d’aller manger autre part avec des amis, ou quand nous avons quelque chose à faire pendant notre pause déjeuner, nous allons rapidement acheter un sandwich ou une salade (qui sont souvent plus chères que le repas complet que l’on pourrait avoir au lycée) et nous y allons. Je faisais ça avec une amie avant d’aller à nos cours de natation. Mais aux Etats-Unis c’est totalement différent ! J’ai donc juste appris à m’adapter, et même si encore maintenant ce n’est pas parfait, rare sont les fois où je finis mon déjeuner dans mon cours suivant !”

Junior Kaelyn Kovarik during a race in Forest Park, Saint-Louis, on Sept. 9, 2016.

If there is something very important in the United States, it’s sports. I had the opportunity to be in the cross country team, (which is basically running in all kind of terrain at RBHS, so I’ll talk more about sport at school.) When people do sports in high school, it’s not very often that it’s just for fun.

First, you have to know that here you have practice after (or sometimes before) school every day of the week. But if you choose to practice for the team of your school, you have to be ready to join all the competitions during the week or the weekend. Indeed, the deal if you want to practice at school, with other people, with a coach, and for almost free, you have to do competitions and perform well.

In France, we have a sport class in our schedules, but it is usually one hour and half or two hours one or two times per week. But if you’re in a sport class, for example a hockey, soccer, dance, ice skating or ski class, you’ll spend more hours doing sports. But if you’re in the classic courses, as I said, it’s only about one hour and half or two hours, and one or two times a week.

Also my school in France offers sports between our lunch time, as climbing, swimming, volleyball, and that’s usually one or two times a week. We’re totally free to go or not. If you want just one time a week, if you miss a practice, that doesn’t really matter because there is nothing to play. But here, in my American school, if you want to practice a sport, it’s very intense. More generally, sports are very important, even if some people will not practice it, a lot of people might still watch it.

“ S’il y a quelque chose de très important aux États-Unis, c’est sans aucun doute le sport. J’ai pu me joindre l’équipe de Cross Country de mon lycée, qui correspond à de la course à pied tout terrain. Quand les élèves pratiquent un sport au lycée, ce n’est généralement pas pour « rigoler ». Premièrement, vous devez imaginer que vous aurez des entraînements tous les jours de la semaine après (ou avant) les cours. Tous les jours de la semaine. Vous devez également être prêt à participer à des compétitions chaque semaine si vous décidez de rejoindre l’équipe de votre lycée. La condition pour pouvoir courir avec d’autres gens, directement au lycée, et avec un coach presque gratuit, est de participer aux compétitions et d’y être bon. En France, nous avons des cours de sport mais c’est généralement une heure et demie à deux heures une ou deux fois par semaine. Il y a une exception pour les classes de sports comme les classes de hockey, football, danse, patin à glace artistique, ou ski, qui ont, elles, plus d’heures de pratique sportive. Mais si vous êtes dans un cursus classique, ce ne sera pas souvent plus de deux heures une à deux fois par semaine. Mon lycée français propose également des activités pendant notre pause de midi comme de l’escalade, de la natation, du volley-ball, et c’est généralement une ou deux fois par semaine. Nous sommes absolument libre d’y aller ou non. Si vous voulez y aller juste une fois par semaine, s’il arrive qu’un jour vous ne puissiez pas y aller, ce n’est pas vraiment très important car il n’y rien en jeu . Mais aux États-Unis, du moins dans mon expérience, le sport est vraiment quelque chose de très important, même si des gens ne vont pas le pratiquer, beaucoup de gens vont tout de même s’y intéresser.”

“Decisions for the bills,” the bills in the USA are made by the states, but in France it’s made most of the time for every regions.

In the United States, each state has its own laws. The governors of the state decide the laws for their own state. For example, we don’t start school the same day from one state to the other. When I learned about that, I was quite surprised because in France, no matter the region, the laws are the same for the whole country, and the regions do not have their own laws.

Like I said in my previous blog post, the size of France and the U.S. is very different. The needs are not the same everywhere. To conclude, one of the laws which really caught my attention was the one about the death penalty. Indeed, in the United States, it is allowed in some states, but not for all of them. Not for all of them. The government does not make this decision. The governors and senators of each state are free to make that decision based off votes.

“Aux États-Unis, chaque état a ses propres lois. Ce sont les gouverneurs des états qui décident des lois pour leur état. Par exemple, la date de reprise des rentrées scolaires ne sont pas la même d’un état à l’autre. Lorsque j’ai appris cela, j’étais un peu surprise car en France, les lois qui sont faite sont applicables pour tout le pays. Les régions ne font pas de leur côté leurs propres lois. Il faut prendre en compte les différence de taille des pays. Les besoins ne sont pas les mêmes partout dans ce grand pays. Pour finir, une des lois qui m’a le plus interpellée est le fait que la peine de mort soit autorisée dans certains états. Pas dans tous. Le gouvernement ne prend pas cette décision. Elle est laissé libre au gouverneurs et sénateurs.”

When you pay with your credit card in the United States, you have to sign the receipt.

When you want to buy something with your credit card here, you don’t need to type four numbers in for your password as in France, but you just sign the receipt. I remember that was very surprising for me at the beginning because I was wondering ‘How can that be safe?’ Everybody could just take your card and sign as if it was you.

“Quand vous achetez quelque chose avec votre carte de crédit, vous n’avez pas besoin de taper votre code à quatre chiffres comme en France. Ici, aux États-Unis, ils vous suffit de faire votre signature sur la note. Je me rappelle avoir été surprise par ce processus au début. Je me demandais comment cela pouvait être suffisamment sécurisé de simplement faire une signature que tout le monde pouvait prétendre être la sienne. ”

Freshman Paige Hensley holding the two types of writing.

I’ll finish with a simple detail that I noticed during my first weeks in my American high school. I always learned to write in cursive, and it’s how I continue to write. Here, nobody writes like that. People write in what is called “print.” All american children learn to write in cursive but they don’t use it outside of their classrooms. As they grow up, even if they’re in class, they don’t write like that.

“Je vais finir par un détail que j’ai remarqué durant mes premières semaines dans mon lycée américain. On m’a toujours appris à écrire en attaché, en cursive, et c’est de cette manière que je continue d’écrire comme cela. Ici personne n’écrit de cette manière. Tous écrivent en ce qu’ils appellent “print”, littéralement en imprimé. Tous les enfants américains ont appris à écrire en attaché, mais ils ne l’utilisent pas en dehors de leurs classes. Et plus âgés, même en cours, ce n’est plus l’usage.”

All pictures and illustrations by Eléa-Marie Gilles.

Related posts

Leave a Comment

14 + 4 =